La forêt, notre pilier

Plus de 90% de la forêt ivoirienne a disparu…

En 1960, la Côte d’Ivoire disposait d’une des biodiversités les plus riches d’Afrique, allant des forêts tropicales humides aux vastes savanes et espèces animales endémiques. Près de soixante ans plus tard, 90% de ses forêts ont disparu.

La destruction de la forêt met en péril non seulement la biodiversité unique de la région, mais aussi les moyens de subsistance de millions de personnes. Les causes principales de cette disparition sont principalement la déforestation pour l’industrie du cacao et d’huile de palme, suivie l’exploitation illégale du bois et de l’urbanisation.

Cette dégradation de l’habitat menace la survie de nombreuses espèces végétales et animales ! Protéger l’habitat naturel est donc la clé de voute à la conservation de cette biodiversité exceptionnelle. Chimpanzés, pangolins, hocheurs à nez-blancs... autant d’espèces classées comme en danger critique d’extinction sur la liste rouge de l’UICN.

Préserver les forêts, c’est aussi lutter contre le changement climatique et ses impacts sur les sociétés humaines : catastrophes naturelles, dérèglement du cycle de l’eau, insécurité alimentaire, conflits…

Mais nous nous battons pour conserver le reste !

Dans un accord historique, le Ministère de l’Eau et des Forêts de Côte d’Ivoire a octroyé deux forêts classées à AKATIA.

La fôret de Yapo- Abbé (4 500 ha), où se trouve notre sanctuaire pour petits singes, et la fôret Comoé 1 (1 200 ha) avec le sanctuaire des chimpanzés.

Pour mener à bien notre mission, nous collaborons étroitement avec la BSSI, Brigade Spéciale de Surveillance et d’Intervention. Une équipe dédiée, le Service Faune, a été crée afin de protéger concrètement ces forêts. Présents avec nous sur le terrain, ces écogardes protègent nos camps et effectuent des patrouilles quotidiennes visant à arrêter les braconniers, chasseurs et défricheurs (des personnes défrichant des espèces de forêt pour y faire des plantations sauvages ou y prendre du bois de manière illégale).

Cette brigade a été formée par l’ONG C.R.O.W, une organisation américaine spécialisée dans la formation de rangers luttant contre braconnage et pour la conservation dans le monde entier, en particulier dans les zones à risque. Ces écogardes sont les gardiens de la forêt.

Le suivi comme outil de protection supplémentaire

La forêt de Yappo-Abbé est un véritable trésor en termes de biodiversité. Particulièrement sujette au braconnage, nous avons un technicien-chercheur présent sur place afin de suivre les groupes de chimpanzés sauvages et de petits singes (identification du territoire, du nombre d’individus, des comportements…). Il positionne des caméras trap pour confirmer la présence des animaux et d’en faire l’inventaire. Il identifie aussi les zones de conflits potentiels entre les humains et les primates.

Dans notre objectif de sensibilisation, il forme des anciens chasseurs repentis à ce travail afin dalerter les communautés locales à l’importance de protéger la faune sauvage.

Pangolin à ventre blanc

Chimpanzé sauvage

Guib harnaché

Calao à tête blanche

Calao à tête blanche

agir maintenant

Protégez la forêt à nos côtés

Rejoignez-nous dans cette mission et contribuez à la protection du vivant.

Retour en haut